ÉQUIPE DE FRANCE

ITW AMINE NOUA : "TITULAIRE EN ÉQUIPE DE FRANCE, JE NE M'Y ATTENDAIS PAS"

Amine Noua ASVEL 201718 Sébastien Grasset 2
Crédit photo : Sébastien Grasset

Entretien avec Amine Noua, nouveau titulaire au poste 4 en équipe de France masculine A.

Il y a eu l'après Boris Diaw pour le capitanat. Il y a tout simplement l'après Boris Diaw au poste 4 en équipe de France. Au moment de sa retraite, "Babac" était encore le titulaire à ce poste chez les Bleus. En toute logique puisqu'il était toujours, à 36 ans, le meilleur joueur français à ce poste, comme il l'avait prouvé à l'EuroBasket 2017 ou encore lors des fenêtres internationales.

Titulaire à 21 ans en équipe de France A

Si Nicolas Batum a pris le brassard de capitaine, c'est Amine Noua qui a été titularisé au poste 4 pour le premier match officiel en Bulgarie. Pas mal pour un jeune joueur de 21 ans qui ne vivait là que sa deuxième expérience en Bleu après sa première sélection en novembre 2017.

"Je me sens très bien dans ce groupe, j'ai très bien été intégré, relatait-il ce samedi à Montpellier, à la veille du match contre la Finlande. On est tous ici pour le même objectif. On est tous en mission. J'ai réussi à faire ma place."

Cette place de titulaire dans le rôle du poste 4 fuyant, mobile et shooteur, il n'y avait pas encore songé. Jusqu'à ce que la nouvelle ne lui soit annoncé par le staff.

"Titulaire, je ne m'y attendais pas. C'est particulier. Avec la retraite de Boris (Diaw), l'absence de certains postes 4 qui sont à l'étranger... J'ai saisi l'opportunité. C'est très bien pour moi mais je sais que je dois faire plus. Ça fait un peu bizarre mais je fais ce que j'ai à faire comme si j'étais à l'ASVEL, même avec des gros joueurs autour de moi. Je fais avec mes qualités et je ne force rien. C'est très positif."

Malheureusement pour l'équipe de France, les Bleus sont mal entrés dans le match et Amine Noua a vite regagné le banc. Finalement, il y est resté jusqu'à la dernière période et n'a passé que 11 minutes sur le parquet.

"On n'a pas eu tant de debrief que ça, j'imagine que j'ai du faire quelques erreurs. J'ai débuté et je n'ai plus joué jusqu'à la fin, au quatrième quart-temps, le moment le plus important du match. A moi d'être prêt, voir ce qu'il se passe, jouer 1 minute ou 30, mettre la même intensité, peu importe ce qu'il se passe. Je suis ici pour l'équipe, pas pour les statistiques."

"Pour rien au monde je ne refuserais l'équipe de France"

Avec l'absence des joueurs NBA mais aussi ponctuellement ceux d'EuroLeague, il aura l'occasion de s'affirmer encore plus comme titulaire en Bleu à l'occasion des prochaines fenêtres internationales fin novembre / début décembre puis en février.

"C'est mon objectif d'être le poste 4 numéro 1. Je m'impose de plus en plus en championnat, à l'ASVEL je fais de plus en plus ma place. J'ai confiance en moi, je sais que je progresse de plus en plus sur mes défauts. Je pense d'abord à mon tir, pour devenir ''stretch 4'' tout en conservant mon jeu post-up. J'aime bien aussi switché en défense. Je pense avoir de bonnes qualités pour faire quelque chose sur le poste 4 en équipe de France à l'avenir."

Cela passera par une bonne saison à l'ASVEL. La préparation s'est jusqu'ici bien passée avant que la dynamique ne soit coupée par cette trêve internationale.

"Quand tu vois que notre coach plus quatre joueurs majeurs partent en pleine préparation, ça fait un peu bizarre. Nous on ne contrôle pas. On est appelé par l'équipe de France, l'amour du maillot, pour rien au monde je ne refuserais ça. Après c'est vrai qu'en pleine préparation, ça chamboule un peu tout. Malgré tout, on ne part pas non plus pour deux mois."

Concernant l'équipe version 2018/19 de l'ASVEL, il semble être très satisfait après plusieurs semaines de présaison.

"Je trouve que la hiérarchie de cette équipe est vraiment bien faite. On a vraiment des joueurs intelligents cette année. Avec beaucoup de joueurs américains, on n'a pas tant bien fonctionné que ça. On a cette année ça a changé, on a aussi un nouveau coach (Zvezdan Mitrovic). Pour l'instant ça se passe très bien, depuis le début, tout le monde est concentré, ce qui a été très rare durant les années précédentes. Je sens que cette année, on peut vraiment faire quelque chose avec cette équipe. On a tous un objectif sur lequel on est fixé. On a de bons jeunes derrière aussi. Si on continue comme ça, si on respecte ce que veut le coach..."

Selon lui, Zvezdan Mitrovic amène une discipline et une rigueur qu'il manquait à l'ASVEL.

"Il apporte cette hargne. Il est plus strict. Quand il veut quelque chose, ça se passe. Il veut que l'on respecte son choix tactique. Vraiment, c'est ce qu'il faut. On sent que tout le monde est concentré et que tout le monde est au niveau. Ce qui est important pour se développer pour la suite."

Objectif, la Draft NBA 2019

Individuellement, après la saison de l'affirmation au niveau professionnel, Noua veut confirmer et même avancer encore.

"L'année dernière, beaucoup ont été surpris de ma progression. En fait, c'est juste que j'ai eu la confiance du coach. Clairement, il m'a lancé. Quand un jeune fait des erreurs, tu ne le sors pas au bout d'une minute. Je pense que c'est ce qui m'a aidé à passer un cap, apprendre de mes erreurs et avoir beaucoup de temps de jeu. J'ai envie de confirmer cette année, retourner au All-Star Game LNB et revenir en équipe de France. Surtout, continuer à me développer, à apprendre... J'ai encore une grosse marge de progression. Bien sûr, j'ai toujours cette Draft NBA en ligne de mire. L'année dernière, j'ai eu la chance de faire quelques work-outs même si ça a été un peu short (court). Ça m'a servi d'expérience. Même là-bas, j'ai eu de très bons retours. Maintenant je sais ce que j'ai à faire, je sais sur quoi je dois travailler. Vraiment ce que je veux c'est confirmer et gagner, c'est ce qui m'apporte le plus avec l'équipe."

Pour se faire repérer, rien ne sera mieux que d'aller loin en Jeep ELITE comme en EuroCup.

"Clairement, c'est les résultats de l'équipe. Plus on entend parler de l'équipe, plus des gars comme moi seront scoutés."

S'il venait à intégrer une franchise NBA, il rejoindrait son camarade de la génération 1997, Elie Okobo, signé par les Phoenix Suns cet été après avoir été drafté en juin dernier.

"On a toujours des liens, on s'appelle souvent. Il est très bien, il est installé là-bas. Ça se passe très bien pour lui, je suis vraiment content. Il a fait ce qu'il avait à faire. Il a vraiment fait une bonne saison, il a très fini. Il a ce qu'il mérite. Je ne suis pas surpris, je n'ai jamais douté de son potentiel. Quand je l'ai vu en U17, je savais qu'il avait quelque chose et je le félicite pour tout ce qu'il a fait."

En attendant de le rejoindre, le parcours sera long. Il commence par un match de qualification à la Coupe du Monde 2019 ce dimanche à l'Arena de Montpellier contre la Finlande. Entre-deux à 17h, avec peut-être encore Amine Noua titulaire au poste 4.

15 septembre 2018 à 17:20
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
17 octobre - 02h00
Boston Celtics
Philadelphia 76ers
17 octobre - 04h30
Golden State Warriors
Oklahoma City Thunder
17 octobre - 09h30
Golden State Warriors
Oklahoma City Thunder
17 octobre - 10h00
Ulm
Monaco
17 octobre - 11h00
Boston Celtics
Philadelphia 76ers
Coaching