EUROCUP

ANTOINE DIOT ET LOUIS LABEYRIE REMPORTENT L'EUROCUP AVEC VALENCE !

Crédit photo : EuroCup

Voilà au moins deux Français qui sont heureux en ce funeste lundi soir... Valence n'a fait qu'une bouchée de l'ALBA Berlin lors du match d'appui de la finale (89-63) afin de succéder au Darussafaka Istanbul au palmarès de l'EuroCup.

Plus de doute : le club le plus dominant de ce XXIe siècle en EuroCup, c'est bien Valence ! Après ses sacres en 2003, 2010 et 2014, le Valencia Basket Club a décroché son quatrième titre européen en dominant l'ALBA Berlin lors du match d'appui (89-63).

Hermannsson personnifie le fiasco berlinois

Dans ses habits des grands soirs, toute de orange vêtue, la Fonteta n'a tremblé que deux minutes. Le temps pour les Allemands de signer un 11-0 initial, avant de s'écrouler totalement face au rouleau compresseur valencien. Pourtant si convaincant jusque-là cette saison, l'ancien champenois Martin Hermannsson a symbolisé la faillite de l'ALBA Berlin (5 points à 2/7 et -1 d'évaluation), qui a compté jusqu'à 28 points de retard (84-56, 37e minute).

A contrario, sans se contenter de couper le jeu rapide des visiteurs, Valence a déroulé un basket de rêve à l'occasion du match le plus important de sa saison. Les hommes de Jaume Ponsarnau ont parfaitement alterné entre le jeu intérieur et extérieur (13/25 à 3 points), ont affiché d'impressionnantes qualités collectives (25 passes décisives) et ont su trouver en Boban Dubljevic (18 points, 8 rebonds et 3 passes décisives), Fernando San Emeterio (23 d'évaluation) et Matt Thomas (19 points et 3 passes décisives) les leaders nécessaires pour mater la jeune escouade berlinoise. Auteur de 17,3 points à 71%, 4,3 rebonds et 2,7 passes décisives pour 21,3 d'évaluation de moyenne sur la série, Will Thomas a été élu MVP de la finale.

Diot et Labeyrie dans tous les bons coups

Les deux Français de Valence se sont offerts une part de choix dans cet incroyable récital. Un chiffre ? Arrivé sur le parquet en première période à -10 (4-14), ils en sont ressortis 8 minutes plus tard à +7 (27-20). Hyperactif et déchaîné (4 points à 100%, 7 rebonds et 2 passes décisives pour 13 d'évaluation en 17 minutes), Louis Labeyrie eut le mérite de sortir le MVP de la compétition, Luke Sikma, de son match et s'offre son premier trophée majeur en club, lui le double vainqueur de la Coupe de France (2013 et 2017), validant ainsi son choix de s'exiler en Espagne l'été dernier. Quant à Antoine Diot... Quelle renaissance pour le Bressan, après 444 jours au purgatoire, éloigné des parquets en raison de blessures à répétition. Revenu à la compétition avec parcimonie en décembre, l'international français a livré l'une de ses meilleures prestations ce mercredi. Arrivé en première rotation de Sam Van Rossom à la mène, l'ancien joueur de Strasbourg a eu un impact immédiat sur la rencontre (10 d'évaluation en première mi-temps). Actif sur les lignes de passes adverses, lucide dans ses choix offensifs, Antoine Diot fut particulièrement complet (2 points à 0/3, 5 rebonds, 7 passes décisives et 4 interceptions pour 12 d'évaluation en 18 minutes) et décroche son deuxième titre d'envergure avec Valence après le sacre national en 2017. Battu il y a deux ans en finale par Malaga, le club valencien était en mission pour reprendre ce qui est à lui : l'EuroCup.

15 avril 2019 à 22:52
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.