EUROCUP

FACE AUX DIFFICULTÉS DE KADEEM ALLEN, LA JL BOURG S'INTERROGE MAIS SAVO VUCEVIC "RESTE PATIENT"

Crédit photo : Jacques Cormarèche

Attendu comme le nouveau patron de la JL Bourg, Kadeem Allen n'est pas du tout au niveau attendu depuis le début de la saison. Mais pour l'instant, sa place n'est pas (encore ?) mise à prix dans l'effectif burgien. Conscient des difficultés perpétuelles des débutants en Europe, l'entraîneur bressan Savo Vucevic prône la patience.

Il était censé être la recrue majeure de l'intersaison de la JL Bourg. Sur la base de son CV embelli par une saison 2018/19 à 10 points de moyenne en NBA avec New York, il allait forcément être celui vers qui tous les regards allaient se tourner. Et effectivement, si Kadeem Allen (1,85 m, 27 ans) est particulièrement scruté depuis ses premiers pas à Bourg-en-Bresse, le problème est qu'il n'offre que très peu de promesses, si ce n'est malheureusement l'éventualité grandissante d'inscrire son nom sur la liste des flops de l'année en France.

Ainsi, sa dernière sortie mardi face au Bahcesehir Istanbul (79-77) a synthétisé toutes ses difficultés depuis sa découverte du jeu européen. Très peu responsabilisé par Savo Vucevic (seulement 8 minutes et 45 secondes de jeu), malgré l'absence de Hugo Benitez, le natif de Wilmington a encore manqué une occasion de convaincre. Bien peu aidé par un physique défaillant (entorse de la cheville en août, contracture aux adducteurs en septembre, nouvelle entorse la semaine dernière, sans même parler de l'épidémie de coronavirus), il s'est contenté de 4 points à 2/6, 1 rebond, 2 balles perdues et 4 fautes pour un triste -5 d'évaluation.

Au-delà des chiffres, l'impression visuelle est assez cruelle pour l'ancien meneur des Boston Celtics. Au moment de sa signature, l'argument de ses qualités défensives était brandi par tout l'état-major de la JL Bourg : n'avait-il pas été élu dans le meilleur cinq défensif de sa conférence NCAA en 2017 avant d'en faire de même les deux années suivantes en G-League ? Oui mais même dans ce qui est supposé être son point fort, Kadeem Allen souffre beaucoup trop. « Cela a été une raison forte dans sa venue car il faudra que l'on arrive à stopper les gros meneurs européens que l'on trouvera en face », disait Julien Desbottes en août. Or, le numéro 0 de la Jeu perd la majorité de ses duels et s'est laissé balader par l'international allemand Ismet Akpinar mardi.

Offensivement, ce n'est guère mieux. À l'image de son shoot précipité dans le money-time contre Badalone lors de la 2e journée de l'EuroCup, sa sélection de tirs est assez hasardeuse. Pourtant doté d'un premier pas intéressant, il peine aussi à concrétiser les différences qu'il peut effectuer sur son démarrage, la faute à une naïveté certaine (à l'image de ses deux fautes offensives face à Istanbul) et d'un vrai manque de réussite... Ou de confiance. Dès qu'il doit mettre le jeu en place en début de possession, l'ex-Wildcat semble emprunté, incertain et manquant d'automatismes avec la totalité de ses coéquipiers, sauf peut-être Alen Omic, celui qu'il recherche le plus souvent du haut de ses 216 centimètres. Interrogé à son sujet mardi soir, Savo Vucevic n'a pas cherché à nier les difficultés évidentes de son protégé.

« Je préfère parler de l'équipe en général mais c'est vrai qu'il a du mal pour l'instant. C'est assez fréquent pour les débutants en Europe. C'est un bon joueur, j'en suis certain, mais c'est compliqué pour lui dans tous les domaines. Même défensivement alors qu'il a souvent été honoré pour cela dans le passé. La semaine dernière, à Belgrade, il a fait une bonne séquence sur la première mi-temps. Je me suis dit : "Bon allez, maintenant, c'est parti". Et ensuite, il se blesse un peu et il rate quelques entraînements. Tout le temps, il manque quelque chose. J'espère que ça va aller mais franchement, il a du mal à démarrer et c'est quelque chose qui dure depuis deux - trois mois maintenant. »

La chance de Kadeem Allen est que l'équipe burgienne (6v-1d) tourne très bien depuis le début de saison. Ce démarrage pratiquement parfait permet presque d'envisager ses errances sous un autre prisme : celui de la marge de progression de Bourg quand son poste 1 se sera adapté au Vieux Continent, plutôt que de le voir comme le maillon faible, d'ores et déjà sur la sellette, de la JL.

Néanmoins, cela fait presque déjà trois mois que le meneur aux 47 matchs NBA a débarqué à Ékinox et ses progrès sont difficilement perceptibles. Fin août, à l'issue du Ain Star Game, Savo Vucevic tenait déjà un discours similaire, à savoir : Kadeem Allen n'est pas prêt physiquement et aussi grand puisse bien être son potentiel, personne ne peut certifier de son épanouissement futur en Europe. Début novembre, nous en sommes toujours au même point et la vision d'équipe envisagée l'été dernier par la JL Bourg est mise à mal. Le 53e choix de la Draft 2017 n'a pas été embauché pour jouer moins de 9 minutes par match mais plutôt pour faire de Zack Wright un sixième homme de luxe, lui qui se retrouve encore obligé d'assumer, avec succès (20 d'évaluation mardi), le poids de responsabilités majeures à bientôt 36 ans...

« S'il est en danger ou si notre bonne dynamique actuelle protège sa place  ? Je n'aime pas parler de ça », a répondu Savo Vucevic. « On a une équipe qui tourne bien. Ce soir (mardi), par exemple, si Hugo Benitez avait joué, on ne serait peut-être pas en train de parler de ça tant il nous a cruellement manqués. Au départ, Kadeem était censé être un joueur important pour nous. On comptait beaucoup sur lui, on pensait avoir trouver un bon axe 1-5 avec Alen Omic. J'espère qu'il va revenir. Peut-être qu'il lui faut un déclic, un match référence, à l'image de Pierre Pelos à Belgrade. Depuis qu'il est arrivé ici, il a toujours eu des petits problèmes de santé, des blessures, qui l'ont coupé dans son élan. Apparemment, il a besoin d'être dans une forme optimale pour faire quelque chose. Je m'interroge beaucoup, le club aussi, mais je reste patient. Je suis quelqu'un qui veut aider les joueurs au maximum, surtout quand l'équipe tourne bien. Mais à vrai dire, on en attend beaucoup plus. Il lui manque un peu de concentration, un peu de défense, ses points forts quoi. On n'attend peut-être pas de lui qu'il mette 20 points mais même au niveau de ses tirs, il n'a pas une bonne sélection. Ce soir, il a eu des problèmes. Parfois, il est hésitant, il a fait des mauvais choix, il a pris deux fautes offensives... On espère que ça tournera. »

Un motif d'espoir toutefois : Julien Desbottes confiait que le nom de Kadeem Allen avait fait l'unanimité auprès du staff en juillet dernier, quand Frédéric Sarre, qui l'a découvert au printemps 2017, l'avait suggéré suite au rendez-vous manqué avec Jordan Taylor. Le président ajoutait que le dernier à avoir suscité une telle adhésion était Danilo Andjusic, actuel deuxième meilleur marqueur de l'EuroCup. Sauf que l'artilleur serbe n'avait pas eu une telle période d'adaptation : dès son premier match avec la JL l'année dernière, il avait inscrit 31 points à Pau.

À Bourg-en-Bresse,

05 novembre 2020 à 16:23
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching
Aucun conseil trouvé

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.