BETCLIC ÉLITE

"IL ME RESTE À MONTRER QUE JE PEUX ÊTRE PERFORMANT" : OÙ EN EST VICTOR WEMBANYAMA ?

Crédit photo : Sébastien Grasset

Sensationnel l'été dernier lors de la Coupe du Monde U19, Victor Wembanyama vit un début d'aventure moins réjouissant à Villeurbanne. Toutefois, après un début de saison plombé par les blessures, le méga-prospect "revient bien" selon l'ASVEL. L'occasion de faire le point sur les premiers pas rhodaniens du joueur le plus observé du basket français.

Vu depuis le parquet, Édouard Choquet n'en revenait presque pas. « On a l'impression de ne pas faire le même sport », avoue le meneur de Fos-Provence. « Il est à la fois tellement grand et tellement délié. À la fin, sur une transition, il prend la balle et fait un dribble entre les jambes. Il mesure 2,20 m, il fait ça comme un meneur, tu sens qu'il y a un truc qui n'est pas normal. S'il travaille un peu et est bien pris en charge, c'est un joueur qui pourrait révolutionner le basket. » Il, c'est évidemment Victor Wembanyama, celui vers qui tous les regards se tournent lorsqu'il entre sur un terrain. Et si les mots du capitaine fosséen sont forts, ils ne sont pas non plus démesurés au regard de toutes les attentes suscitées par le phénomène villeurbannais, projeté à la première place de la Draft NBA 2023 depuis de longs mois. Mais c'est également là où se situe le piège... « Tout ce qui se passe autour de lui peut être un peu déstabilisant », avance Michel Veyronnet, le directeur sportif de l'ASVEL. « Sa capacité à supporter cet environnement hyper-médiatisé qui va faire qu'il sera capable d'assumer tout ce qu'on attend de lui. »

« C'est un joueur qui pourrait révolutionner le basket »

Depuis notre dernière rencontre avec Victor Wembanyama (2,19 m, 17 ans), une chose a déjà changé. « Je ne me rends pas pleinement compte de mon statut », nous avouait-il cet été à Riga, juste avant d'aborder les phases finales du Mondial U19. « Je m'en rends un peu plus compte qu'il y a quelques mois », dit-il désormais. « Mais ça ne change pas ma manière de jouer ou d'aborder les matchs. J'agis comme d'habitude. ». De fait, il n'y a pas réellement de souci à se faire sur sa gestion de la frénésie qui l'entoure tant le Francilien est d'une maturité étonnante, aussi réfléchi que posé, presque détaché de la hype autour de son nom.

-il-me-reste-a-prouver-que-je-peux-etre-performant----ou-en-est-victor-wembanyama-a-l-asvel--1638664831.jpeg
Face aux médias, Wembanyama est déjà très à l'aise
(photo : Sébastien Grasset)

Depuis sa quinzaine balte où il a fini de se révéler au grand public, marchant notamment sur un quart de finale homérique contre la Lituanie, Victor Wembanyama a changé d'environnement. Fini le cocon nanterrien, le vice-champion du monde U19 a pris la direction de Lyon-Villeurbanne. Mais le début de son aventure à l'ASVEL ne fut pas idyllique. Une vilaine angine l'a déjà considérablement affaibli en octobre, avant qu'une fracture d'un doigt ne le remette à l'arrêt début novembre, « mais plus par précaution qu'autre chose ». Ainsi, à Fos-sur-Mer, la pépite du Chesnay n'effectuait que sa huitième apparition sous le maillot villeurbannais. « Tous les matchs que j'ai fait ont un peu tous été des matchs de reprise », indique-t-il. Pas forcément flamboyant en Provence (6 points à 3/5, 1 rebond et 2 passes décisives), mais avec des chiffres ne réflétant pas la capacité de dissuasion qu'il a pu exercer sur les BYers, le Rhodanien « revient bien », toutefois, selon Michel Veyronnet et commence à enchaîner les rencontres : 14 minutes à Munich jeudi, 15 à Parsemain samedi... « Au niveau du cardio et de la force, je suis en forme. Maintenant, il faut progresser tactiquement », souffle-t-il. D'autant plus avec l'exigence de l'EuroLeague... « Il y a encore moins le droit à l'erreur qu'en Betclic ÉLITE », acquiesce-t-il. « Un mauvais décalage, une petite erreur de placement et c'est un panier concédé. »

« L'ASVEL est un environnement parfait pour mon développement »

Des paroles en écho à celles de son entraîneur T.J. Parker qui s'évertue à tempérer les ardeurs autour de son prodige. « Il a beaucoup de travail à faire, beaucoup de choses à apprendre. Il n'a pas été épargné pour l'instant donc il faut aussi qu'il retrouve son rythme. » Au moins peut-il bénéficier d'un environnement, sans équivalent en France, où tout est mis en place afin de favoriser son épanouissement personnel. « On fait tout ce qu'on peut pour l'encadrer », souligne Michel Veyronnet. « On fait tout notre possible pour qu'il puisse se développer dans les meilleures conditions possibles. Il commence à bien rentrer dans l'organisation ASVEL qui est très précise et très minutieuse. Maintenant, c'est à lui de jouer pour nous montrer que le fait de venir à l'ASVEL était le bon choix, à lui de saisir les opportunités. »

-il-me-reste-a-prouver-que-je-peux-etre-performant----ou-en-est-victor-wembanyama-a-l-asvel--1638664851.jpeg
Sadio Doucouré mesure 2,00 m et Zachery Peacock 2,03 m...
(photo : Sébastien Grasset)

Que le fait de venir entre Rhône et Saône était une décision judicieuse, Victor Wembanyama en est convaincu. « C'est un environnement très stable et parfait pour mon développement », apprécie-t-il. Et quant à saisir les opportunités, le calendrier démentiel de Lyon-Villeurbanne devrait lui en donner l'occasion. Avant de retrouver l'Astroballe dans 10 jours contre le Zénith Saint-Pétersbourg, les champions de France vont aller successivement à Monaco, Vitoria et Pau. L'occasion d'améliorer des statistiques timides sous le maillot villeurbannais (5,5 points à 38% et 3 rebonds pour 5,3 d'évaluation en Betclic ÉLITE ; 2,8 points à 21% et 1,5 rebond pour 0,3 d'évaluation en EuroLeague) ? Plus que les chiffres, l'ancien minot de l'Entente Le Chesnay-Versailles espère surtout hausser son impact au cours des semaines à venir. Histoire aussi de se mettre en conformité avec un statut de All-Star qui lui a été accolé, et qui le gênerait presque. « All-Star, c'est juste une étiquette », rejette-t-il. « Ce qui m'intéresse dans le fait d'être All-Star, c'est que cela signifie en général que l'on performe. Or, il me reste à prouver que je peux être performant car pour l'instant, je n'ai pas montré de grandes performances en championnat. » Une lucidité et un discernement qui seront peut-être bien ses meilleures armes sur la durée pour accompagner son talent hors-normes...

À Fos-sur-Mer,

05 décembre 2021 à 23:01
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
albums photos
Aucun album trouvé
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.