JEEP ÉLITE

ALEXANDRE CHASSANG (DIJON) : "LAURENT LEGNAME EST PARVENU À CONSTRUIRE UN GROUPE QUI, AVANT TOUT, A DU CŒUR"

Alexandre Chassang JDA Dijon 201920 FOXAEP
Crédit photo : FOXAEP

Alexandre Chassang explique les raisons du succès de la JDA Dijon.

Dans quelques minutes, Dijon s'apprête à défier la SIG Strasbourg dans un Rhénus qui affiche complet. La JDA est de loin, la favorite. Il suffit de jeter un coup d'oeil au classement ou sur les sites de pari en ligne pour le vérifier. Sans disposer d'un gros budget (12e de Jeep ELITE) ni d'une grosse masse salariale (11e), l'équipe bourguignonne s'est installée comme une des fortes équipes du championnat. Alexandre Chassang (2,04 m, 25 ans) en est l'exemple. Après une saison moyenne à Hyères-Toulon, dernier du championnat, le Francilien a complètement explosé dans le dispositif de la JDA. Avant tout grâce au fruit du travail de l'entraîneur Laurent Legname. Ce dernier a inculqué des valeurs de combat à son groupe et donné un rôle précis à chaque de ses joueurs.

"Je pense que sur les deux dernières saisons, Laurent est parvenu à construire un groupe qui, avant tout, a du cœur, explique-t-il sur LNB.fr. Il parvient à transmettre ces valeurs-là à tous les joueurs. Le jeu qu’on pratique nous laisse quand même pas mal de liberté en attaque tout en se tenant, en défense, à un schéma bien précis. Cela nous permet d’avoir une certaine constance dans les résultats."

Après avoir atteint les quarts de finale de playoffs en 2018 puis les demi-finales en 2019, que peut viser la JDA pour cette saison 2019/20 ?

"Notre but, c’est bateau de dire ça, mais c’est de gagner le plus possible de matches. Et de nous qualifier pour les playoffs. La qualification pour la Leaders Cup est déjà dans la poche, ce qui est très bien. Après, nous avons aussi pour ambition cette année de tout faire pour remporter un trophée. Le championnat, ce sera sans doute hors de portée, mais pourquoi ne pas faire un coup en Leaders Cup ou en Coupe de France ?"

Quant à son avenir, Alexandre Chassang le voit à Dijon. A moins qu'une écurie européenne finisse par venir le chercher.

"C’est sûr qu’une expérience à l’étranger m’intéresse et m’attire. Mais à court terme, je ne vois pas pourquoi je partirais de Dijon si ce n’est pour un club potentiellement plus compétitif. L’an dernier, nous avons fini 3es du championnat. Nous sommes encore 3es cette saison pour le moment. Cela ne laisse pas beaucoup d’équipes devant nous en France et, je le répète, je me sens très, très bien ici. Mais si des clubs étrangers m’appellent et me proposent un challenge intéressant, c’est sûr que j’étudierai la chose..."

Un discours cohérent de la part du "stretch 5" (pivot fuyant) de 25 ans, qui réalise la meilleure saison de sa carrière professionnelle (9,8 points à 59,4% de réussite aux tirs, 4,6 rebonds, 1,8 passe décisive et 2 fautes provoquées pour 12,8 d'évaluation en 21 minutes).

26 décembre 2019 à 18:26
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE

BeBasket

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

À partir de 5 € !
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
Coaching

Nous avons détecté que vous utilisez un adblocker ou bloqueur de publicités

AdBlock

Soutenez-nous en désactivant votre bloqueur de publicités pour continuer à profiter d’une information de qualité.

Nous vous invitons à retirer BeBasket de la liste des sites bloqués et à recharger la page pour poursuivre votre navigation.