JEEP ÉLITE

CÉDRIC HEITZ : "FAIRE JOUER LES JEUNES POUR FAIRE JOUER LES JEUNES, C'EST UNE HÉRÉSIE"

Crédit photo : David Billy

L'entraîneur du CCRB a tenu à rappeler l'un de ses principes fondamentaux : le temps de jeu accordé aux jeunes joueurs ne doit pas passer avant l'exigence de résultats de l'équipe professionnelle.

Handicapé par l'absence de Pape Badji au poste 5 et par les problèmes de faute de Johan-Passave Ducteil, Cédric Heitz a été contraint samedi à Bourg-en-Bresse (83-102) de chercher des solutions inhabituelles sur son banc : le bagarreur Louis Cassier (21 ans) a dépassé la barre des 10 minutes en Jeep ÉLITE pour la deuxième fois de sa carrière, Quentin Losser s'est vu offrir sa première apparition chez les pros.

Interrogé sur le passage du Varois sur le terrain, l'entraîneur de Châlons-Reims avait un message à faire passer. Remonté par ce qu'il peut lire dans nos colonnes (car c'est bien BeBasket qui était prioritairement visé), le technicien originaire de Mulhouse a appelé à la retenue avec le souhait médiatique de voir les jeunes fouler les parquets de Jeep ÉLITE.

"Quentin est quelqu'un qui a montré des bonnes choses aux entraînements. Il fallait tenter quelque chose et je voulais voir s'il pouvait faire quelque chose en match. Ça n'a pas été concluant, mais il y avait peu de chances que ce le soit d'ailleurs. Il ne faut pas croire non plus ce qu'on lit dans les journaux : dire qu'il faut faire jouer les jeunes pour faire jouer les jeunes, c'est une hérésie. On fait jouer les bons jeunes, ceux qui ont le niveau, ça c'est sûr. [...] Je lis des trucs sur les sites Internet qui sont aberrants. S'il faut faire jouer les jeunes pour faire jouer les jeunes, excusez-moi mais je ne comprends plus rien au basket alors. On est dans un sport où il y a des enjeux, des choses compliquées, où il faut gérer des équipes, des égos, une hiérarchie. À ce moment-là, on fait jouer les jeunes et au bout de deux ans, ils ne sont plus jeunes donc on les dégage pour prendre d'autres jeunes ? À quoi ça rime ? On aura une moyenne d'âge de 21 ans et il faudra aller chercher des jeunes de 12/15 ans ? À un moment donné, il faut prouver, faire sa carrière et ceux qui sont vraiment performants se retrouveront, comme certains, dans un autre championnat. Comme Martin Hermannsson, capable de driver une équipe de Pro B à 21 ans. Les bons jeunes joueront, il n'y a pas de problème avec cela. D'ici là, il faut que les autres fassent leurs preuves."

Adepte d'un gros cinq majeur et d'une forte hiérarchie dans son équipe, comme c'est particulièrement le cas cette saison, Cédric Heitz est également reconnu comme celui qui a lancé la carrière professionnelle de Martin Hermannsson, meneur titulaire de l'ALBA Berlin deux ans après son arrivée à l'Étoile. Lors de son époque carolomacérienne, l'ancien assistant de Jean-Luc Monschau fut également celui qui avait le plus mis en valeur Vincent Pourchot en LNB ou véritablement lancé Damien Bouquet dans le grand bain.

14 octobre 2018 à 15:02
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Shooteur d'élite à Marseille.
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
16 novembre - 01h15
NBA Extra
16 novembre - 02h00
Houston Rockets
Golden State Warriors
16 novembre - 09h15
Minnesota Timberwolves
New Orleans Pelicans
16 novembre - 11h00
Houston Rockets
Golden State Warriors
16 novembre - 12h45
NBA Extra
Coaching